post-Brexit United Kingdom

Brexit : les pays du FUK

Finissons l’année 2019, riche en rebondissements quant au Brexit, sur une carte humoristique dont le seul but est de faire sourire…

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) a exacerbé les tensions. Lors de la négociation de l’accord final de partenariat avec l’Europe, de véritables fossés se sont créés au sein du pays.

Contre l’avis de Londres, l’Écosse a procédé à un nouveau référendum sur l’indépendance en vue de pouvoir réintégrer l’Union européenne. La victoire massive du oui (la désormais célèbre formule leave to remain) a entrainé la proclamation de l’indépendance — acte non reconnu par le gouvernement britannique.

L’Irlande du Nord a été le théâtre d’importantes tensions communautaires. Après des élections dans un climat délétère, un gouvernement d’urgence nationale a été créé. Il a signé un accord de partenariat privilégié avec la République d’Irlande qui garantit le statu quo qui existait avant le Brexit.

Alors que la grogne gagne le Pays de Galles, Londres tente de préserver ce qui peut l’être. Charles III accepte la proclamation d’un Royaume d’Angleterre et de Galles qui met fin de fait (mais pas de droit) à l’existence du Royaume-Uni.

Depuis, la complexité de la situation n’a pas cessée car nombre de pays et d’organisations n’ont pas reconnu la dissolution du Royaume-Uni. Dans de nombreux cas, les trois pays continuent d’être traités comme une entité unique, l’ARU (Ancien Royaume-Uni), en anglais FUK (Former United Kingdom)…

post-Brexit United Kingdom

Projection projection transverse de Mercator (OSGB 36)
Méridien standard 2°W
Datum OSGB 36 (British National Grid)
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Étiquettes : , , , ,
Article précédent

Nationalités et autocéphalie au XIXe s.

Au cours du XIXe s., l'affirmation du principe d'État-nation est à l'origine d'un des problèmes fondamentaux du monde orthodoxe contemporain : si l'autocéphalie est un élément essentiel de la souveraineté d'un État, ne risque-t-on pas de voir se mettre en place des Églises nationales au détriment de l'universalité de l'Église ?
Article suivant

La Bulgarie dans la Première Guerre mondiale

La Bulgarie reste neutre lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale. En 1915, elle rejoint les Puissances centrales, qui lui ont promis de satisfaire ses ambitions territoriales…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HistoCarte l'histoire par les cartes