Projection conforme

Plébiscite de 1921 en Haute-Silésie

Le plébiscite de Haute-Silésie (1921)

Plébiscite de 1921 en Haute-SilésieLes cartes choroplèthes sont utilisées surtout pour la cartographie démographique et la cartographique électorale. Cette carte combine les deux, puisqu’il s’agit du plébiscite organisé en Haute-Silésie à l’issue de la Première Guerre mondiale. Pour le contexte général lié à la reconstitution de la Pologne, voir cette carte.

J’ai utilisé deux dégradés de couleurs, un pour le vote en faveur du rattachement à la Pologne, un pour celui en faveur du maintien dans l’Allemagne. Cela permettait d’opposer aisément les deux options. Dès lors, j’ai renoncé à faire figurer les données démographiques, qu’il aurait fallu représenter par un double dégradé (un pour la part des Polonais / Allemands, un pour la part du vote). On ne voit pas que le vote n’est pas automatiquement lié à la nationalité : les Polonais sont majoritaires en Haute-Silésie, sauf dans les districts urbains, mais dans de nombreux districts, le vote en faveur du maintien dans l’Allemagne est supérieur à celui du nombre de Polonais. Les deux côtés se sont d’ailleurs mutuellement accusés de fraude.

J’ai aussi indiqué cinq frontières : celle de 1914, celle du traité de Versailles, celle de la province prussienne de Haute-Silésie (créée en 1919), celle du partage de la province, les limites des districts (Kreise) de la province de Haute-Silésie et du district de Namslau (Basse-Silésie) partiellement concerné par le plébiscite.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : Transverse universelle de Mercator, fuseau 34 nord.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 26 : carte choroplèthe).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Île de Noirmoutier

L’île de Noirmoutier

Île de NoirmoutierCarte inhabituelle, mais qui m’a permis de continuer à m’exercer au mode sombre, et surtout à travailler les données issues d’OpenStreetMap. Pour une fois, aussi pas de graticule, mais une rose des vents !

Voici donc ma carte de l’île de Noirmoutier…

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : RGF 93 / CC47 (projection conique conforme de Lambert ; parallèles standard : 46°15 N et 47°45 N ; méridien central : 3°E).

Données © OpenStreetMap contributors.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 19 : île(s)).

Licence Creative Commons Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Transcaucasie post soviétique

La Transcaucasie post-soviétique

Transcaucasie post soviétique

Cette carte sur la Transcaucasie est un peu la suite logique celle consacrée à l’Ukraine au début de 2022. La Transcaucasie est un autre espace frontalier problématique de la Russie… et sa représentation l’est tout autant.

J’ai représenté les républiques socialistes soviétiques autonomes et les régions (oblasti) autonomes, mais sans indiquer la différence entre les deux statuts, finesse du système soviétique peu pertinent ici car les minorités qu’elles abritent proclament leur souveraineté avant même la disparition de l’URSS, ce qui est à l’origine de problèmes qui dégénèrent souvent en conflit armé.

La guerre de 2020 a permis à l’Azerbaïdjan de récupérer les territoires de la République d’Artsakh (Haut-Karabagh). Le corridor de Latchin, qui permet de la relier à l’Arménie et théoriquement restitué à l’Azerbaïdjan, mais contrôlé par les troupes russes de maintien de la paix, a été représenté à part pour des raisons d’échelle.

La Russie a tenté de maintenir une présence militaire conséquente en créant un « groupe de forces » sur le modèle de ceux que l’Armée soviétique avait organisé pour ses troupes stationnées à l’étranger, mais il ne reste quelques bases en Arménie et dans les républiques séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud.

Pour rendre compte de la géographie montagneuse, j’ai appliqué un ombrage. Pour la bordure des frontières, j’ai appliqué un flou gaussien à trait épais, puis un masque d’écrêtage.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 39°N et 43°N. Méridien central : 45°E.

Côtes, lacs et rivières : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).

Modèle numérique de terrain (ombrage) : SRTM-15 (Shuttle Radar Topography Mission, résolution de 15 secondes d’arc).


Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Carte de l'Ukraine en 2022

L’Ukraine à la veille de l’invasion russe de 2022

Carte de l'Ukraine en 2022L’objectif de cette carte est de montrer la situation en Ukraine avant l’invasion russe de 2022. J’ai mis en évidence les contentieux territoriaux entre l’Ukraine et la Russie : la Crimée, annexée par la Russie en 2014, les républiques populaires / nationales (sur la difficulté de traduction de narodnaja, voir la note à cette carte) de Lugansk et Donetsk, ainsi que les parties des oblasti de Luhans’k et Donets’k qu’elles ne contrôlent pas mais revendiquent.

Le relief a été suggéré par un ombrage. Les bordures des frontières ont été réalisées en appliquant un flou gaussien et un masque d’écrêtage au trait.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 45°N et 51°N. Méridien central : 31°E.

Côtes, lacs et rivières : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).

Modèle numérique de terrain (pour l’ombrage) : ETOPO.

Carte de l'Ukraine en 2022 (mode sombre)

La même carte en mode sombre. Je ne suis pas convaincu. Qu’en pensez-vous ?


Cette carte a été élaborée pour un article publié sur le site de l’Institut d’étude des religions et de la laïcité.

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

L'Europe du nord-ouest après la montée des eaux

L’Europe du nord-ouest sous les eaux

L'Europe du nord-ouest après la montée des eaux

Pour cette carte fantaisiste — du moins, espérons-le —, imaginons les effets de la montée des eaux. Avec un niveau de la mer à 25 mètres, voici à quoi ressemblerait l’Europe du nord-ouest…

J’ai utilisé une palette de couleurs pour la topographie et placé un nouveau trait de côte sur le contour +25m. En gris, les terres submergée avec cette montée des eaux.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 43°N et 62°N.

Topographie :  ETOPO1.

Côtes, lacs et rivières : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 18 : eau).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Couverture forestière du Japon

La couverture forestière du Japon

Couverture forestière du Japon

La carte d’aujourd’hui repose sur la mise en forme de données sur l’occupation des sols au Japon. J’ai appliqué des couleurs sur deux d’entre elles (forêts et aires urbaine) et rendu les autres transparentes. Un ombrage a été appliqué pour faire ressortir le fait que les forêts japonaises sont essentiellement dans les montagnes.

L’orientation est un peu différente : la carte a été inclinée pour éviter de mettre les Ryūkyū dans un encart.

J’ai utilisé une nouvelle palette pour créer une carte en mode sombre dans les bleus.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : transverse universelle de Mercator, fuseau 54 nord.

Topographie et occupation des sols : Global Map Japan, Geospatial Information authority of Japan (GSI).

Côtes : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).

Couverture forestière du Japon (en anglais)Peu après le #30DayMapChallenge, j’ai retravaillé cette carte (en anglais) pour y apporter quelques détails supplémentaires.


Le Japon évoque plus de fortes concentrations de population que des forêts. Les densités de population sont effectivement très fortes dans les villes, mais ça n’a pas grand chose d’original.

La véritable surprise vient de la densité moyenne de population. Avec environ 330 habitants au km2, le Japon a une densité bien inférieure à celle de pays comparables d’Asie orientale (510 pour la Corée du Sud, 610 pour Taiwan), et même à certains pays européens (450 pour les Pays-Bas, 370 pour la Belgique). En réalité, les trois quarts de la population se concentre dans 2% du pays.

Au Japon, l’urbanisation a accéléré un phénomène ancien : la population s’est installée sur l’étroite bande côtière, coincée entre la mer et la montagne. La présence humaine dans ces dernières est traditionnellement peu importante : c’est un espace laissé aux kami et aux forêts. Cela explique que 68% du pays (essentiellement la partie montagneuse) soit couvert de forêts. Parmi les pays développés, seules la Suède et la Finlande ont des taux de couverture supérieurs.


Cette carte a été élaborée comme support des cours et formations de l’Institut d’étude des religions et de la laïcité.

Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 17 : terre).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Constantinople au XIVe siècle

Constantinople au XIVe siècle

Constantinople au XIVe siècle

J’aurais aimé avoir réalisé cette carte pour ma thèse mais, à cette époque, je n’utilisais pas de cartographie et je dessinais sous Illustrator. Même s’il y a encore des imperfections, le résultat est déjà meilleur, en particulier par la prise en compte de la topographie.

J’ai corrigé les côtes en utilisant des ouvrages sur Constantinople à l’époque byzantine, en particulier le classique de Raymond Janin, Constantinople byzantine : développement urbain et répertoire topographique de Raymond Janin. Pour le placement des églises et monastères dont la localisation est incertaine ou inconnue, j’ai repris les conclusions de byzantinistes plus compétents que moi sur le sujet. Les erreurs en la matière sont donc les miennes !

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection de Gauss-Krüger. Méridien central : 29°E.

Modèle numérique de terrain (topographie et ombrage) : EU-DEM (Digital elevation model over Europe).


Au XIVe s., Constantinople n’est plus que l’ombre d’elle-même. Avant la quatrième croisade, elle était la ville la plus riche et la plus peuplée de la Chrétienté, avec probablement environ 400 000 habitants. Les événements de 1203-1204 ont durablement marqué le paysage urbain : trois grands incendies, une émeute anti-latine et le pillage qui a suivi la prise de la ville par les croisés ont détruit un tiers des bâtiments. La ville s’est considérablement dépeuplée à l’époque des Latins (1204-1261), sans que les Latins soient suffisamment nombreux pour compenser les départs. De nombreux quartiers sont laissés à l’abandon, et les matériaux des bâtiments délaissés, y compris les églises et palais, sont réutilisés pour l’entretien du reste. L’empereur a définitivement abandonné le Grand Palais pour résider dans le palais des Blachernes. Malgré d’importants travaux lors du règne de Michel VIII Paléologue (r. 1259-1281) et un relatif repeuplement, un des lieux communs de la littérature du XIVe s. sur Constantinople est de se lamenter sur sa splendeur perdue. Nombre de voyageurs décrivent une ville à moitié en ruines, avec des îlots d’habitat urbain séparés par des champs et des terrains vagues.

Ces voyageurs décrivent aussi une ville qui a conservé son pouvoir de fascination, avec ses nombreuses églises et monastères, dont de nombreux fondés ou restaurés à l’époque des Paléologues (1261-1453), les riches palais de l’aristocratie et ses impressionnantes murailles. Constantinople continue d’être un important centre économique (ici aussi, bien inférieur à ce qu’elle était avant 1204), même si l’essentiel du commerce se fait au profit des marchands génois installés dans le quartier de Galata, de l’autre côté de la Corne d’Or, et qui fait figure de ville indépendante à côté de la ville.


Cette carte a été élaborée comme support des cours et formations de l’Institut d’étude des religions et de la laïcité.

Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 16 : urbain / rural).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Polonais vers 1900 et frontières en 1923

Les Polonais vers 1900

Polonais vers 1900 et frontières en 1923

Cette carte reprend le principe de celle sur les Hongrois dans l’Empire austro-hongrois. Les données sur les nationalités sont issus des recensements russe (1897), allemand (1900) et austro-hongrois (1910). Dans les trois cas, la nationalité est défini par la langue : langue maternelle pour l’Allemagne et la Russie, langue d’usage pour les régions d’Autriche-Hongrie situées en Cisleithanie. Le recensement allemand place à part les locuteurs du cachoube et du masurien, considérés comme deux dialectes du polonais, et qui ont été considérés comme polonais ici. La question de la nationalité des Juifs de la région, qui parlent le plus souvent yiddish, n’a pas été traité de la même manière : le recensements allemand et austro-hongrois les considèrent comme allemands car le yiddish est une langue germanique (on les trouve dans la partie « religion » du recensement), tandis que le recensement russe fait des Juifs une nationalité spécifique. Ils représentent près de 10% de la population polonaise à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 50°N et 54°N.

Côtes, cours d’eau et lacs : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Avec la disparition de la Pologne, les Polonais se retrouvent sous l’autorité de trois États hostiles : l’Autriche, la Prusse (puis l’Allemagne) et la Russie. La montée en puissance des nationalités au XIXe s. pousse à la création d’États-nations. Nation sans État, les Polonais aspirent à retrouver leur indépendance, mais le tracé des frontières est un casse-tête. Les mélanges de population dans les structures impériales rendent difficile la constitution de blocs territoriaux avec des nationalités distinctes, et bien des Polonais ont en mémoire les frontières d’avant les partages de la fin du XVIIIe siècle. En définitive, la capacité à imposer les frontières par la force s’avère décisif.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 12 : population).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Les frontières du Cameroun 1908-1961

Les frontières du Cameroun

Les frontières du Cameroun 1908-1961

La question des frontières de l’Afrique coloniale est plus délicate qu’il y paraît. Souvent, les cartes représentent les revendications, alors que la possession n’est pas effective avant la fin du XIXe s., d’où des réajustements à l’occasion de signatures de traités au moment où les puissances coloniales prennent réellement le contrôle d’une région.

C’est pourquoi cette carte du Cameroun commence en 1908, une fois que l’Allemagne (puissance coloniale initiale) a effectivement déterminé les limites de sa colonie avec ses voisins (France et Royaume-Uni). Les évolutions postérieures sont représentées sous forme de lignes — c’était une contrainte du #30DayMapChallenge. Pour éviter de trop charger en figurés linéaires, je n’ai pas représenté les rivières, qui servent pourtant de point d’appui.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : Afrique — projection conique conforme de Lambert (parallèles standard : 23°S et 20°N ; méridien central : 25°E).

Côtes et lacs : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Dans les années 1860, les Allemands installent des comptoirs dans la région de Douala. La colonie du Cameroun (ou Kamerun en allemand) est établie en 1884 sur la côte. Lors des vingt années qui suivent, l’Allemagne, comme les autres puissances coloniales, s’étend rapidement vers l’intérieur. Une série de traités conclus en 1885 et 1908 avec le Royaume-Uni (Nigéria) et la France (Gabon, Congo, Oubangui-Chari et Tchad, unis en 1910 dans l’Afrique équatoriale française) fixe peu à peu les frontières de la colonie.

Après la crise d’Agadir (avril 1911), l’Allemagne accepte que la France établisse un protectorat sur le Maroc contre une rectification de la frontière entre le Kamerun et l’Afrique équatoriale française lors du traité de Fès (4 novembre 1911). Le Kamerun cède une partie du « bec de canard » (territoires à l’est du Logone) en échange d’importants territoires, appelés Neukamerun (Nouveau-Cameroun). La colonie allemande double pratiquement sa superficie, passant de 460 000 km2 à 760 000 km2.

Les colonies allemandes sont progressivement conquises par la France et le Royaume-Uni lors de la Première Guerre mondiale. En avril 1916, le Kamerun est totalement occupé. Le Neukamerun est réintégré à l’Afrique équatoriale française et l’Altkamerun (Vieux-Cameroun) est divisé entre la France, qui reçoit l’essentiel de la colonie allemande, et le Royaume-Uni. Cette division est confirmée par le traité de Versailles (28 juin 1919) : le Kamerun devient un mandat de la Société des nations confié à la France (Cameroun français) et au Royaume-Uni (British Cameroons).

Le Cameroun français devient indépendant le 1er janvier 1960, et le Nigéria le 1er octobre. Après de longues discussions commencées en 1959, le nord du Cameroun britannique choisit par référendum de rejoindre le Nigéria, auquel il est rattaché le 31 mai 1961, et le sud choisit le rattachement au Cameroun, avec lequel il forme la République fédérale du Cameroun (1er octobre 1961), jusqu’à la création d’un État unitaire en 1972.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 2 : lignes).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

La Shoah en Pologne 1939-1945

La Shoah en Pologne

La Shoah en Pologne 1939-1945Il existe de nombreuses cartes sur la Shoah et le phénomène concentrationnaire, en Pologne et dans le reste de l’Europe. En concevant cette carte, j’ai décidé de me concentrer sur la Pologne et de donner une idée de l’ampleur du phénomène. C’est pourquoi j’ai placé la plupart des ghettos en précisant le nombre de personnes qui s’y sont trouvé, ainsi que la date de création de ces ghettos. Il aurait été intéressant d’ajouter les flux vers ces ghettos et entre ces ghettos et les camps de concentration et d’extermination, mais la carte perdait en lisibilité. De même, pour les camps, j’ai indiqué la différence entre camp d’extermination et camp de concentration, ainsi qu’une idée du nombre de personnes qui y ont été déportés, quel que soit le motif de déportation.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 50°N et 54°N. Méridien central : 21°E.

Côtes, lacs et cours d’eau : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Avant la Seconde Guerre mondiale, La Pologne abrite la première communauté juive d’Europe. L’occupation brutale du pays a été tout particulièrement dure pour les Juifs : environ 3 millions de Juifs, soit 98% des Juifs polonais, ont été assassinés pendant la Shoah.

La persécution des Juifs commence dès l’invasion, avec les premiers massacres organisés peu après les conquêtes sous prétexte de sécurisation. Dans un premier temps, les nazis décident de regrouper les Juifs (dont les biens sont confisqués) dans des ghettos. Contrairement aux anciens ghettos, qui étaient des quartiers réservés parfois fermés, les ghettos mis en place par les nazis sont des lieux clos où les Juifs sont entassés dans des conditions effroyables, où ils sont soumis à la faim, aux maladies, et servent de main d’œuvre pour le travail forcé.

L’invasion de l’URSS marque une nouvelle étape dans la persécution des Juifs. De nombreux massacres de masses sont commis. D’autres avaient eu lieu lors de l’invasion de la Pologne, mais pas avec une telle ampleur. L’automne 1941 voit aussi la construction des premiers camps d’extermination, c’est-à-dire des camps conçus non pour enfermer, mais pour assassiner un maximum de déportés dès leur arrivée sur place. La SS semble alors déterminée à mettre fin au système des ghettos et à exterminer la population juive d’Europe.

La conférence de Wannsee (20 janvier 1942) est souvent présentée comme celle où se décide la « solution finale du problème juif » (pour reprendre les termes utilisés alors), mais c’est en fait une réunion où les autres services du Reich acceptent le principe de l’extermination rapide proposé par la SS. À partir du printemps 1942, des grandes rafles sont organisées pour déporter les Juifs vers les camps d’extermination qui deviennent progressivement opérationnels. C’est aussi le début de la liquidation des ghettos, dont la population est transférée dans les camps de concentration et d’extermination.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 1 : points).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Bulgarie 1947

La Bulgarie après les traités de Paris

Les traités de Paris, signés le 10 février 1947, établissent la paix avec les alliés de l’Allemagne : Bulgarie, Finlande, Hongrie, Italie, Roumanie. Pendant la guerre, les Alliés ont décidé, par principe, de revenir aux frontières du 31 décembre 1937, c’est-à-dire d’annuler les annexions qui ont eu lieu pendant la guerre, mais aussi celles qui résultent des coups de force des futures puissances de l’Axe, y compris lorsqu’elles avaient fait l’objet d’accords internationaux, comme les accords de Munich.

La Bulgarie bénéficie d’un relatif traitement de faveur liée à sa stratégie de participation limitée au conflit, et ne revient pas exactement dans ses frontières de 1937. Les dispositions de l’armistice de Moscou sont confirmées : les annexions aux dépens de la Yougoslavie et de la Grèce sont annulées. En revanche, les dispositions du traité de Craiova sont maintenues, et la Bulgarie peut conserver la Dobroudja méridionale, qu’elle avait perdue à l’issue des guerres balkaniques.

La Bulgarie est ainsi la seule puissance de l’Axe qui a connu une expansion territoriale à l’occasion de la Seconde Guerre mondiale.

Bulgarie 1947

Projection projection de Gauss-Krüger
Méridien standard 25°E
Datum WGS 84
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Bulgarie 1940-1945

La Bulgarie dans la Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale est pour la Bulgarie l’occasion de prendre sa revanche sur les traités de paix. Dans un premier temps, le gouvernement bulgare choisit de rester neutre tout en espérant tirer parti des circonstances pour modifier les frontières du pays sans coup férir.

Cette stratégie est d’abord payante. À l’été 1940, la Roumanie est contrainte de céder la Bessarabie à l’URSS (28 juin 1940) et la Transylvanie du Nord à la Hongrie (30 août 1940). La Bulgarie profite de la pression mise sur le pays pour obtenir la signature du traité de Craiova (7 septembre 1940). La Roumanie lui cède la Dobroudja méridionale, perdue après les guerres balkaniques et brièvement récupérée pendant la Première Guerre mondiale. Le traité est reconnu par l’Allemagne et ses alliés, par l’URSS, mais aussi par le Royaume-Uni et les États-Unis.

Le 1er mars 1941, sous la pression de l’Allemagne qui souhaite consolider sa position dans les Balkans après l’échec de l’Italie dans la guerre contre la Grèce, la Bulgarie rejoint les puissances de l’Axe en signant le Pacte tripartite, mais elle prend soin de ne pas déclarer la guerre aux Alliés. Ce choix se révèle payant à court terme. Après les capitulations yougoslave et grecque, l’armée bulgare entre dans les régions conquises par la Wehrmacht avec l’accord d’une Allemagne qui entend laisser l’essentiel des tâches d’occupation à ses alliés, la Bulgarie annexe la Macédoine et la Thrace occidentale le 14 mai 1941 sans avoir tiré un coup de feu.

Dans le cadre de cette stratégie, la Bulgarie s’abstient de participer à la guerre contre l’URSS. Cela ne l’empêche pas d’être emportée comme les autres alliés de l’Allemagne. À l’été 1944, le pays est rapidement conquis par l’Armée rouge. Le gouvernement bulgare signe un armistice avec les Alliés à Moscou (28 octobre 1944). La Bulgarie doit évacuer les territoires yougoslaves et grecs, mais conserve les acquis de 1940. Le gouvernement bulgare déclare la guerre à l’Allemagne.

Bulgarie 1940-1945

Projection projection de Gauss-Krüger
Méridien standard 25°E
Datum WGS 84
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.