Fantaisies

Les îles Britanniques d'après Ptolémée

Les îles Britanniques selon Ptolémée

Les îles Britanniques d'après PtoléméeLa Géographie de Ptolémée est un ouvrage théorique et pratique sur la construction de cartes. L’imposante liste de coordonnées donne envie de construire la carte qui va avec.

Il est possible de faire trois types de carte. Les deux premières sont des cartes mondiales, pour lesquelles Ptolémée définit deux manières de représenter la surface d’un globe sur un plan. On ne peut encore parler de projection, mais il s’agit de la première réflexion sur le rapport entre la surface de la Terre et la représentation sur un plan. Le troisième type de cartes est une série de cartes locales, pour lesquelles Ptolémée considère qu’on peut utiliser la « projection » utilisée à son époque, où la distance entre les degrés est constante — une sorte de projection équirectangulaire. En effet, à cette échelle, il considère que la distortion est faible, alors que l’emploi de cette méthode pour une carte mondiale fausse la représentation. Ici, j’ai construit la carte des îles Britanniques.

Néanmoins, l’ouvrage n’est pas exempt d’erreurs, comme le montre le résultat avec les îles Britanniques. Ptolémée consacre un long développement à la manière de déterminer la latitude et la longitude, mais en est réduit à faire des estimations d’après les récits de voyage, ce qui explique les distortions dans le tracé des côtes ou le placement des points remarquables — auxquels s’ajoutent, avec les temps, des fautes de copie dans les manuscrits, dont pas un n’est antérieur au XIIIe siècle.

L’autre problème vient de son estimation de la taille de la Terre, qui est trop petite. C’est peut-être ce qui explique la rotation de la Calédonie (Écosse moderne) à 90°. En effet, Ptolémée postule que Thulé (Θούλη / Thoúlē) est aux limites du monde connu, à 63°N, et seule cette rotation permet de concilier les distances de référence et l’espace qui reste entre le nord de la province de Bretagne (mur d’Hadrien, commencé du vivant de Ptolémée) et Thulé.

Les coordonnées géographiques sont données en degrés, mais Ptolémée, en réalité, opère une division en heures en fonction de la course du soleil, et donne les lignes remarquables ainsi. Le méridien d’origine passe par la limite occidentale du monde connu, c’est-à-dire les Îles bienheureuses, archipel situé au large de l’Afrique (Cap-Vert ?). Il précise qu’une heure fait 15°, et découpe le globe en grands cercles tous les 5°. L’équateur sert d’origine pour la latitude, qui correspond à la durée maximale d’ensoleillement (12 heures à l’équateur, 8 heures à 63°N). Ptolémée définit une série de parallèles inégalement espacés en fonction de cette durée (toutes les demi-heures jusqu’à +7 heures, toutes les heures ensuite). J’ai conservé ce système pour les parallèles.

Pour les noms, j’ai gardé les noms grecs plutôt que d’utiliser leur équivalent latin, même s’il est bien connu pour les régions conquises par l’Empire romain. J’ai donc gardé Λεγίων Κ´ Νικηφόρος (Legíōn XX Nikēphóros) pour Legio XX Valeria Victrix. Mais comme il s’agit souvent de mots transcrits du latin, j’ai choisi de translittérer /ου/ , qui rend le latin /u/, par /ou/ ou /w/ (ce qui était la prononciation du moment) : l’île de Οὔεκτις (latin Vectis, moderne Wight) est transcrite en Ẃektis au lieu du classique Oúektis.

Logiciel utilisé : Illustrator.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 21 : carte historique).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

L'Europe du nord-ouest après la montée des eaux

L’Europe du nord-ouest sous les eaux

L'Europe du nord-ouest après la montée des eaux

Pour cette carte fantaisiste — du moins, espérons-le —, imaginons les effets de la montée des eaux. Avec un niveau de la mer à 25 mètres, voici à quoi ressemblerait l’Europe du nord-ouest…

J’ai utilisé une palette de couleurs pour la topographie et placé un nouveau trait de côte sur le contour +25m. En gris, les terres submergée avec cette montée des eaux.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection conique conforme de Lambert. Parallèles standard : 43°N et 62°N.

Topographie :  ETOPO1.

Côtes, lacs et rivières : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 18 : eau).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Quadrangle de Lunae Palus

La côte de Lunae Palus (topographie de Mars)

Quadrangle de Lunae Palus

Partons loin pour cette carte, qui utilise les relevés effectués par le Mars Orbiter Laser Altimeter (MOLA) lors de la mission Mars Global Surveyor (1996-2007).

Les résultats ont été utilisés ici pour imaginer la topographie de Mars habitable. La région représentée ici est dans le quadrangle de Lunae Palus, au nord-ouest, au contact entre les basses plaines du nord et les plaines hautes. Le trait majeur de la région est le système des Kasei Valles, où l’on voit un chenal tracé lors d’un probable déversement massif d’eau.

Le niveau de la mer a été arbitrairement situé à 1500m sous le 0 conventionnel définissant l’aréoïde.

Cette carte est une première pour moi car c’est la première fois que j’applique une palette de couleur sur un raster.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme, Photoshop pour l’application de l’ombrage.

Projection : projection cylindrique équirectangulaire.

Modèle numérique de terrain (topographie) : MOLA (Mars Orbiter Laser Altimeter).


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 10 : raster [images matricielles]).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

France grille d'hexagones

Carte topographique de la France

France grille d'hexagonesAujourd’hui, une carte topographique de la France un peu particulière. La France est souvent appelée l’hexagone. Ici, on passe au pluriel : la France, c’est les hexagones. L’altitude de chaque hexagone est déterminée par un modèle numérique de terrain (ETOPO). Lors de la mise en forme finale, j’ai légèrement décalé la couche de chaque hauteur pour crére un effet 3D.

Les données géographiques, la grille hexagonale et la valeur de chaque hexagone ont été déterminées dans QGIS. La mise en forme a été effectuée avec Illustrator.

La France en hexagonesAprès le #30DayMapChallenge, j’ai repris la carte en prenant le temps de la réflexion. J’ai décidé d’ajouter les pays limitrophes, mais en dégradé de gris (petit clin d’œil aux fichiers des modèles numériques de terrain et de tout inscrire dans un grand hexagone. Comme dans les cartes classiques de la France, la Corse a été décalée vers l’ouest.

Pour l’effet 3D, j’ai fait comme si la carte était composée de prismes hexagonaux, et je pense avoir mieux rendu l’ombrage.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 4 : hexagones).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Monde de Nausicaä - français

Le monde de Nausicaä

Monde de Nausicaä - françaisNausicaä de la Vallée du Vent est un manga de Hayao Miyazaki, publié entre 1982 et 1994. L’histoire se déroule 1000 ans après la fin de la période industrielle, qui a duré 1000 ans, dans un monde rendu méconnaissable par la guerre dévastatrice qui a détruit la civilisation industrielle (Les sept jours de feu) et l’écosystème étrange qui a recouvert l’essentiel de la planète : la Mer de putréfaction / décomposition (腐海, fukai), aussi appelée Forêt toxique. Il serait vain — même si cela été tenté — de chercher à repérer à quelle partie monde actuel correspond la région qui sert de cadre à l’histoire.

Le monde de Nausicaä - japonais

Nausicaä se déroule à l’extrémité orientale d’un sous-continent (亜大陸, atairiku, c’est-à-dire une masse terrestre distincte mais qui ne forme pas un continent) non identifié. Ce qui reste de l’humanité est regroupé ici en trois ensembles. Les nations de la Périphérie se sont formées après l’engloutissement du royaume d’Eftal par la Mer de putréfaction : ce sont de petits royaumes indépendants qui reconnaissent la suzeraineté de Tolmekia. La Vallée du Vent est un de ces États. À l’Est, le royaume de Tolmekia, qui déclare au début de l’histoire la guerre à son adversaire permanent, les Principautés doroks, union de clans autonomes dirigée par un saint empereur qui s’appuie sur la religion et l’accès intermittent à la technologie de l’ancien monde.

Le monde de Nausicaä - opérations militaires - français

Pour permettre à son lecteur de se repérer dans ce monde complexe, Miyazaki a dessiné plusieurs cartes, dont voici une synthèse, avec 2 versions, déclinées en français et en japonais : une carte de situation, et une carte indiquant les principales manœuvres de la guerre qui sert de toile de fond à l’œuvre.

Le monde de Nausicaä - opérations militaires - japonais

Je suis parti d’un scan de la carte générale, que j’ai complété avec les autres cartes figurant dans le manga. Pour rester fidèle à l’original, j’ai réalisé une version en française et une version en japonais.


Cette carte a été élaborée comme support des cours du soir de l’Institut d’étude des religions et de la laïcité consacrés au religieux fictif dans l’animation japonaise.

La carte des opérations en français a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 30 : metamapping).

post-Brexit United Kingdom

Brexit : les pays du FUK

post-Brexit United KingdomFinissons l’année 2019, riche en rebondissements quant au Brexit, sur une carte humoristique dont le seul but est de faire sourire…

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : OSGB 36 – British National Grid (projection transverse de Mercator ; méridien standard : 2°W).

Côtes, lacs et cours d’eau : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) a exacerbé les tensions. Lors de la négociation de l’accord final de partenariat avec l’Europe, de véritables fossés se sont créés au sein du pays.

Contre l’avis de Londres, l’Écosse a procédé à un nouveau référendum sur l’indépendance en vue de pouvoir réintégrer l’Union européenne. La victoire massive du oui (la désormais célèbre formule leave to remain) a entrainé la proclamation de l’indépendance — acte non reconnu par le gouvernement britannique.

L’Irlande du Nord a été le théâtre d’importantes tensions communautaires. Après des élections dans un climat délétère, un gouvernement d’urgence nationale a été créé. Il a signé un accord de partenariat privilégié avec la République d’Irlande qui garantit le statu quo qui existait avant le Brexit.

Alors que la grogne gagne le Pays de Galles, Londres tente de préserver ce qui peut l’être. Charles III accepte la proclamation d’un Royaume d’Angleterre et de Galles qui met fin de fait (mais pas de droit) à l’existence du Royaume-Uni.

Depuis, la complexité de la situation n’a pas cessée car nombre de pays et d’organisations n’ont pas reconnu la dissolution du Royaume-Uni. Dans de nombreux cas, les trois pays continuent d’être traités comme une entité unique, l’ARU (Ancien Royaume-Uni), en anglais FUK (Former United Kingdom)…


Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.