Les conquêtes seldjoukides

La Méditerranée orientale 1045-1095

Dans la première moitié du XIe s., l’affaiblissement du Califat abbasside sur ses marges a permis l’expansion territoriale du Califat fatimide et de l’Empire byzantin. Sur sa lancée, ce dernier s’étend vers le Caucase en annexant des principautés géorgiennes et arméniennes.

L’arrivée des Turcs au Proche-Orient modifie les équilibres régionaux. En 1055, ils s’emparent de Bagdad. Tughril (ou Toghrul) laisse au calife un pouvoir symbolique et, formellement sous l’autorité de celui-ci, exerce la réalité du pouvoir avec le titre de sultan.

En quelques années, le Sultanat seldjoukide s’empare du Proche-Orient. En Anatolie, il inflige une série de défaites à l’Empire byzantin, ce qui lui permet de mener des raids sur le territoire impérial. Après la bataille de Mantzikert, les Turcs ne rencontrent plus guère d’opposition à cause de la guerre civile qui embrase l’Empire byzantin et peuvent s’installer durablement. Malgré un succès temporaire à Partsikhi, les Géorgiens ne peuvent s’opposer à la progression turque dans le Caucase et deviennent des vassaux du Sultanat seldjoukide comme les autres principautés locales.

L’Empire byzantin est aussi en difficulté à l’ouest. Au milieu du XIe s., des mercenaires normands sont venus en Italie du sud se mettre au service des potentats locaux avant de conquérir la région pour leur propre compte. En 1071, ils s’emparent de Bari, dernière ville byzantine de la région, avant de se lancer à l’assaut des Balkans dans les années 1080. L’Empire byzantin parvient à les repousser au prix de nombreux efforts.

Dans le même temps, les seldjoukides ont du mal à contrôler leur empire qui s’est étendu très vite. En Anatolie, les dynasties qui se sont installées s’éloignent peu à peu du pouvoir central. Si certaines entretiennent la fiction d’un lien avec le Grand seldjouk, d’autres prennent leur indépendance, en particulier une branche cadette des seldjoukides qui prend le titre de sultan al-Rūm (empereur des Romains). En Syrie et en Palestine, les héritiers des premiers gouverneurs seldjoukides se partagent la région et sont en conflit quasi-permanent.

Au début des années 1090, l’empereur Alexis Ier Comnène (règne 1081-1118) estime qu’il est temps d’amorcer la reconquête de l’Anatolie. Comme la tâche est immense, il décide de recruter des mercenaires pour assister les troupes byzantines. Pour cela, il s’adresse à son relais habituel en Occident : le pape.

carte du Proche Orient 1045-1095

Cette carte a été élaborée comme support des cours et formations de l’Institut européen en sciences des religions.

Projection Projection azimutale équivalente de Lambert
Centre 35°N, 32°E
Datum WGS 84
Hydrographie
(côtes, cours d’eau, lacs)
GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,
Article précédent

La première croisade 1095-1102

Lorsqu'il appelle les chevaliers à porter secours aux chrétiens d'Orient, le pape Urbain II répond à une demande d'aide militaire de l'Empire byzantin. La première croisade s'achève par la prise de Jérusalem et la création d'États latins au Proche Orient. Rien ne s'est passé comme prévu.
Article suivant

Le monde de Nausicaä

Nausicaä de la Vallée du Vent est un manga et un film de Hayao Miyazaki. Pour cerner ce monde et les événements complexes qui s'y déroulent, l'auteur a dessiné plusieurs cartes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HistoCarte l'histoire par les cartes