Autriche-Hongrie

Évolution territoriale de la Hongrie 1867-1922

L’évolution territoriale de la Hongrie 1867-1922

Évolution de la Hongrie 1867-1922La question des nationalités en Autriche-Hongrie donne lieu à des cartes des différentes nationalités de l’Empire. Ici, j’ai utilisé les données du recensement de 1910 pour voir comment se répartissait les Hongrois, étant donné que cette répartition va rendre très épineuse la question du tracé des frontières après la Première Guerre mondiale. Ces nationalités sont déterminées par la langue, et non par une entrée spécifique du recensement. En Cisleithanie, elle est établie selon la langue d’usage, c’est-à-dire la langue que l’on déclare utiliser dans ses interactions quotidienne ; en Transleithanie, elle est établie selon la langue maternelle.

Le dégradé de vert sert à indiquer la part des Hongrois — ou plus exactement des habitants de l’Empire ayant le hongrois pour langue maternelle. Les frontières de la Hongrie en 1867 (au moment du Compromis) et en 1922 (après la signature des différents traités de paix) ont été indiquées pour montrer qu’on passe d’un État multinational à un État-nation où les minorités nationales sont résiduelles mais avec d’importantes minorités hongroises chez ses voisins.

Logiciels utilisés : QGIS pour la conception de la carte, Illustrator pour la mise en forme.

Projection : projection azimutale équivalente de Lambert. Centre : 47°N x 21°N.

Côtes, cours d’eau, lacs : GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database).


Après le compromis de 1867, le royaume de Hongrie absorbe la Transylvanie et retrouve les frontières qui étaient sensiblement les siennes avant la conquête ottomane. En cette période d’éveil des nationalités, ces frontières sont problématiques car elles comportent d’autres peuples : Croates, Roumains, Serbes, Slovaques, Slovènes…

À la fin de la Première Guerre mondiale, les frontières sont redéfinies en fonction des nationalités. Le traité de Trianon (4 juin 1920) aboutit à une importante contraction du territoire hongrois qui laisse en dehors des nouvelles frontières bon nombre de Hongrois, en particulier en Transylvanie. Les Hongrois sont particulièrement furieux de la cession à l’Autriche d’une partie de l’ouest du pays (le futur Land de Burgenland), et s’opposent au transfert du territoire. La médiation des vainqueurs aboutit à un référendum à Sopron et ses environs, qui choisissent de rester hongrois.

Par la suite, la Hongrie s’efforce de récupérer les régions peuplées de Hongrois, ce qui la conduit à participer au démembrement de la Tchécoslovaquie et à s’allier avec l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.


Cette carte a participé au #30DayMapChallenge 2021 (jour 7 : vert).

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Patriarcat Moscou 1813-1914

Nationalités et autocéphalie au XIXe s.

Au XIXe s., le monde orthodoxe prend un nouveau visage avec la montée en puissance des nationalités. Dès la création du patriarcat bulgare au Moyen Âge, l’autocéphalie est devenue un élément de souveraineté. L’essor des États-nation tend à créer des Églises nationales, ce qui est en contradiction avec le principe de territorialité sur lequel est fondé l’orthodoxie — c’est -à-dire que le fidèle doit relever d’une Église en fonction du lieu où il se trouve et non selon sa nationalité. Cela crée des situations complexes en diaspora, où les Églises autocéphales ont mis en place des structures parallèles qui coexistent sur le même territoire : le fidèle ne relève pas de l’évêque orthodoxe du lieu (puisqu’il y en a plusieurs), mais de telle ou telle Église autocéphale en fonction de son pays d’origine (patriarcat de Constantinople pour les Grecs, patriarcat de Moscou pour les Russes, patriarcat serbe pour les pays de l’ex-Yougoslavie, etc.).

Au cours du XIXe s., la déprise de l’Empire ottoman dans les Balkans se traduit aussi par une rétraction du patriarcat de Constantinople. En effet, les nations de la région se construisent politiquement contre l’Empire ottoman, et religieusement contre le patriarcat de Constantinople, perçu comme trop proche du pouvoir. Dans un monde où l’Église et l’État sont liés, il ne peut y avoir d’indépendance nationale sans indépendance spirituelle.

Une crise importante a lieu en 1872 : l’Empire ottoman essaie d’enrayer la montée du nationalisme bulgare par la création d’un exarchat bulgare, installé à Constantinople, et qui proclame son indépendance vis-à-vis du patriarcat de Constantinople. Le patriarche refuse de voir une partie de son ressort lui échapper sur une base nationale (et non du fait d’une indépendance qu’il faut admettre) et réunit un synode qui condamne le phylétisme (qu’on pourrait traduire par nationalisme religieux), c’est-à-dire que l’Église ne saurait être confondue avec une nation ou un peuple. Ce faisant, le synode pose les bases d’un problème fondamental de l’orthodoxie à l’époque contemporaine.

Le schisme entre l’Église bulgare et le patriarcat de Constantinople n’est réduit qu’après la Seconde Guerre mondiale…

Patriarcat Moscou 1813-1914

Cette carte a été élaborée comme support des cours et formations de l’Institut européen en sciences des religions.

Projection projection azimutale équivalente de Lambert
Centre 51°N et 35°E
Datum WGS 84
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)
Natural Earth

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

La Pologne au lendemain de la Première Guerre mondiale

La renaissance de la Pologne

La fin de la Première Guerre mondiale ne signifie pas l’arrêt des combats. Les peuples qui ont proclamé leur indépendance dans la dernière année du conflit ne vont pas attendre sans rien faire que la conférence de paix définisse les nouvelles frontières : sur les décombres des empires russe et austro-hongrois, des combats s’engagent pour fixer les limites des nouveaux États.

L’indépendance de la Pologne a été acquise au cours de la guerre. Différentes administrations polonaises sont proclamées à la fin du conflit, en particulier dans l’Autriche-Hongrie en décomposition : dans un empire multi-ethnique, l’enjeu est de s’imposer par rapport aux autres nationalités. La Pologne se retrouve ainsi en conflit avec la Tchécoslovaquie, en particulier pour le contrôle de la ville de Teschen (Cieszyn en polonais, Tešin en tchèque). Après une courte guerre au début de 1919, les grandes puissances tentent d’arbitrer le conflit, et un accord — qui ne satisfait personne — finit par être trouvé à l’été 1920. Il faut attendre le traité du 20 mai 1945 pour la résolution du conflit.

Le partage de la Galicie avec les Ukrainiens est l’autre source de conflit au sein de l’ancienne Autriche-Hongrie. Une République d’Ukraine occidentale a été proclamée à Lemberg (Lwów en polonais, Lviv en ukrainien) le 1er novembre 1918, mais les Polonais ont réussi à prendre le contrôle de la ville. L’Ukraine occidentale fusionne avec la République démocratique* ukrainienne, qui avait signé un traité avec les Puissances centrales pour garantir sa protection face à la Russie soviétique. Le 21 avril 1920, alors qu’elle a été envahie par la Russie soviétique, qui a installé une république soviétique ukrainienne, et que la conférence de paix refuse de reconnaître son existence, l’Ukraine signe une alliance avec la Pologne qui se traduit par la cession du territoire de l’Ukraine occidentale.

Le conflit avec la République démocratique biélorusse ne s’est jamais véritablement développé, car la jeune république a vite été chassée par la Russie soviétique, qui met en place une république soviétique biélorusse. En définitive, la question de la frontière orientale de la Pologne est tranchée par la guerre polono-soviétique, qui connaît des développement dramatiques en 1920 : l’armée polonaise entre à Kiev en mai avant de s’effondrer, et bientôt, c’est l’Armée rouge qui effraie l’Europe en se retrouvant aux portes de Varsovie au mois d’août, avant d’être repoussée à son tour. Le 18 mars 1921, le traité de Riga fixe la frontière entre la Pologne et ce qui va devenir l’URSS.

Les grandes puissances ont tenté d’arbitrer le conflit en proposant des lignes de démarcation s’efforçant de respecter les zones de peuplement, notamment avec la Ligne Curzon — du nom du ministre des Affaires étrangères britannique à l’origine d’une des propositions. Celle-ci a été rejeté par tous les belligérants avant de faire sa réapparition au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Avant les partages de la Pologne, Pologne et Lituanie formaient un État unifié. La Lituanie rejette les propositions d’union et entre en conflit avec la Pologne pour ses frontière, en particulier pour la ville de Vil’na (Vilnius en lituanien, Wilno en polonais), capitale historique de la Lituanie. Ici aussi, les grandes puissances tentent plusieurs médiations. L’accord de Suwałki (19 janvier 1922) est formellement accepté par les deux parties, mais une partie de l’armée polonaise se mutine sous l’égide du général Żeligowski et crée une République de Lituanie centrale qui, à l’issue d’un référendum, est rattachée à la Pologne. En réalité, la mutinerie n’en était pas une, et Lucjan Żeligowski obéissait aux ordres du chef de l’État polonais Józef Piłsudski.

Les Polonais vivant en Allemagne décident de ne pas attendre les traités de paix et se soulèvent en décembre 1918. Ils prennent rapidement le contrôle de la Grande Pologne. Le traité de Versailles cède la région ainsi que la Prusse occidentale à la Pologne.

Dans deux régions disputées, le sud de la Prusse orientale et la Haute-Silésie, le traité prévoit la tenue de référendums. Celui de Prusse orientale (juillet 1920) se traduit par une majorité écrasante en faveur du maintien en Allemagne. La situation est plus tendue en Haute-Silésie, secouée par trois soulèvements polonais en 1919 et 1921. Le plébiscite, tenu en mars 1921, débouche sur des résultats confus et, en octobre 1921, la région est divisée entre l’Allemagne et la Pologne sans que personne ne soit satisfait.

La Pologne au lendemain de la Première Guerre mondiale

* Officiellement Ukraïns’ka Narodnja Respublika (Українська Народня Республіка), littéralement République populaire ukrainienne. L’expression république populaire a, de nos jours, des connotations pro-soviétique alors que l’État est anti-soviétique. De plus, l’adjectif populaire renvoie à l’idée de souveraineté populaire et nationale, d’où parfois la traduction en république démocratique (à l’époque, l’adjectif est parfois utilisé dans la correspondance diplomatique en français).

Projection projection conique conforme de Lambert
Parallèles standard 49°20’N et 55°40’N
Datum WGS 84
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

La Pologne pendant la Première Guerre mondiale

La Pologne pendant la Première Guerre mondiale

Les offensives de l’été et de l’automne 1915 ont permis aux Puissances centrales d’occuper la Pologne russe. L’essentiel de l’ancien Royaume de Pologne est divisé en deux zones d’occupation : le Generalgouvernement Warschau (Gouvernorat général de Varsovie), administré par l’Allemagne, et le Militärgeneralgouvernement Lublin (Gouvernorat général militaire de Lublin), administré par l’Autriche-Hongrie. Le Gouvernorat général de Varsovie a été retiré au commandant suprême à l’Est (Oberbefehlshaber Ost, abrégé en Ober Ost), ce qui le conduit à organiser l’administration des territoires qui restent sous son autorité.

Rapidement, l’organisation de la Pologne occupée crée des tensions entre les deux alliés. L’Autriche-Hongrie souhaite la création d’un royaume de Pologne intégré à la double monarchie. L’Allemagne est favorable à la création d’une Pologne théoriquement indépendante, mais en fait sous tutelle, et dont une partie serait annexée à l’Allemagne en vue d’être germanisée : la bande frontière polonaise (Polnischer Grenzstreifen).

À la fin de l’année 1916, la solution allemande l’emporte. Le 5 novembre 1916, le général Hans Hartwig von Beseler, gouverneur général allemand, annonce la création prochaine d’un Royaume de Pologne. Consolation pour l’Autriche-Hongrie, le futur roi sera un Habsbourg. Un Conseil de régence est formé, ainsi qu’une armée. L’objectif est de renforcer les Légions polonaises, organisées au début du conflit par Józef Piłsudski. Le plan tourne court : en 1917, comprenant les plans allemands et considérant que les Puissances centrales sont en difficulté, Piłsudski interdit aux soldats polonais de prêter le serment rédigé par les autorité d’occupation — serment de fidélité envers un futur roi non nommé et qui lie les soldats polonais aux armées allemande et austro-hongroise. Piłsudski est emprisonné et les Légions polonaises dissoutes. Les quelques forces polonaises restantes sont intégrées dans l’armée austro-hongroise ou intégrée à l’Armée royale polonaise, intégrée à l’armée allemande et sous commandement allemand.

Le nouvel État, qui n’est reconnu que par les Puissances centrales, est rapidement mis sous tutelle économique et politique allemande. Le peu d’illusions que les Polonais pouvaient avoir quant à leur futur État se brisent lors de la signature du traité de Brest-Litovsk entre l’Ukraine et les Puissances centrales (9 février 1918) : la province de Chełm (Kholm en ukrainien) est considérée comme ukrainienne, ce qui signifie que le futur Royaume sera encore plus petit que le Royaume de Pologne créé en 1815.

Le Royaume de Pologne cesse d’exister avec la défaite des Puissances centrales. Le 6 octobre 1918, Beseler laisse l’administration aux autorités civiles polonaises et, le 23 octobre, leur transfère le commandement des unités polonaises sous commandement allemand et austro-hongrois. Le 6 novembre, dans un contexte de désagrégation de l’Autriche-Hongrie, une République polonaise est proclamée à Lublin, dans la zone d’occupation austro-hongroise. Cette nouvelle autorité entre en conflit avec le Conseil de régence. Piłsudski, libéré de prison et de retour à Varsovie le 10 novembre, réconcilie tout le monde. Le 11 novembre, alors que les troupes allemandes sont désarmées et commencent leur retrait de Pologne, le Conseil de régence confie le commandement de l’armée polonaise à Piłsudski, puis lui confie le pouvoir civil le 14. Le même jour, le gouvernement de Lublin reconnaît l’autorité de Piłsudski.

La défaite des trois puissances qui s’étaient partagé le territoire polonais garantit l’indépendance de la Pologne. Pour la Deuxième République polonaise, le combat pour la délimitation de ses frontières commence…

La Pologne pendant la Première Guerre mondiale

Projection projection conique conforme de Lambert
Parallèles standard 49°20’N et 55°40’N
Datum WGS 84
Hydrographie (côtes, cours d’eau, lacs) GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.