La deuxième croisade

La deuxième croisade

Les rivalités entre princes musulmans du Proche Orient expliquent en partie le succès de la première croisade et le maintien des États issus de la croisade. Lorsque les Zengides refont l’unité de la region, les États latins sont directement menacés, ce qui entraîne le départ de la deuxième croisade.

Imād ad-Dīn Zengī est installé par les Seldjoukides comme atabeg de Mossoul (1127-1146). Il entreprend d’étendre son domaine. Il s’empare d’Alep et en devient émir (1128-1146). Il profite des querelles entre le prince d’Antioche et le comte d’Édesse pour s’emparer d’Édesse en 1144. Le reste du comté est progressivement conquis par Zengī et puis son fils, Nūr ad-Dīn, émir d’Alep (1146-1174) et de Damas (1154-1174).

L’événement a un retentissement considérable dans la Chrétienté : les Latins avaient connu quelques défaites cuisantes, mais jamais l’existence des États latins n’avait été remise en cause de la sorte. Eugène III (règne 1145-1153) décide d’organiser une nouvelle croisade. Il espère susciter la même ferveur que son prédécesseur Urbain II (règne 1088-1099), mais la bulle Quantum praedecessores (1er décembre 1145) ne suscite aucune vocation. Il faut attendre le discours de Bernard de Clairvaux à Vézelay (31 mars 1146) pour que la Chrétienté se mobilise, à commencer par Louis VII, roi de France (règne 1137-1180) et son épouse Aliénor d’Aquitaine. En Germanie, l’empereur Conrad III (règne 1138-1152) et son neveu, Frédéric Barberousse, décident eux aussi de partir.

Après sa prédication réussie, Bernard ne se joint pas à la croisade, même s’il endosse la responsabilité de l’échec de celle-ci.

En effet, la croisade se passe mal. En Germanie, les chevaliers du nord préfèrent faire campagne contre les populations slaves installées sur la frontière nord-est de l’Empire . Les terres des Slaves sont ravagées, ce qui ouvre la région à la conquête dans les années suivantes, mais il n’y a alors ni conversion (objectif initial) ni installation.

Conrad III et Louis VII partent séparément et décident de mettre leurs pas dans ceux des premiers croisés en passant par Constantinople et l’Anatolie. Les relations avec les Byzantins sont difficiles car le souvenir des violences des premiers croisés est encore vivace. De plus, l’empereur Manuel Ier Comnène (règne 1143-1180) craint un bouleversement des équilibres régionaux, voire une attaque directe. Les relations entre les deux empereurs sont mauvaises, et Conrad décide de passer au plus vite en Asie mineure. Les rapports avec Louis VII sont plus cordiaux, mais Manuel Comnène refuse de fournir des renforts et fait promettre de restituer à l’Empire byzantin les territoires conquis, comme l’avait fait Alexis Ier Comnène (règne 1081-1118) lors de la première croisade.

La traversée de l’Anatolie s’avère impossible. L’armée de Conrad enchaîne les défaites. Elle est rejointe par celle de Louis VII, ce qui permet une reprise de la progression, mais après leur lourde défaite devant le mont Cadmos (6 janvier 1448), les croisés décident de poursuivre par la voie maritime.

La première partie de la croisade est un désastre. L’armée croisée a perdu environ les trois quarts de son effectif avant même d’arriver sur le principal théâtre d’opération. Surtout, le fossé s’est creusé entre Latins et Byzantins. Ces derniers, assez rétifs à l’idée de croisade, voient d’un mauvais œil des croisés responsables de nombreux désordres dans l’Empire. Les croisés, de leurs côté, considèrent n’avoir pas été suffisamment soutenus, voire avoir été trahis, par les Byzantins. Par la suite, les autres expéditions empruntent la voie maritime.

Louis VII arrive à Antioche en mars 1148. Il est accueilli par le prince, Raymond de Poitiers (règne 1136-1149), oncle d’Aliénor, qui souhaite monter une expédition contre Alep et affaiblir les Zengides. Louis refuse, préférant achever son pèlerinage à Jérusalem — car la croisade est un pèlerinage — sans compter la rumeur d’une liaison incestueuse entre le prince d’Antioche et la reine. Conrad III arrive à Acre sur des navires byzantins.

L’objectif de la croisade change : le roi Baudouin III (règne 1143-1162) est plus préoccupé par l’émir de Damas. La place de Jérusalem dans l’imaginaire des croisés l’emporte : ils renoncent à contrer la menace zengide en Syrie du nord pour attaquer Damas et involontairement affaiblir des adversaires des Zengides en voulant protéger la ville sainte.

Damas est assiégée du 24 au 28 juillet 1148 mais, apprenant l’arrivée des troupes de Nur ad-Din, les croisés lèvent le siège. Louis VII — brouillé pour de bon avec son épouse Aliénor — et Conrad III repartent chez eux en 1149.

Le succès inespéré de la première croisade avait pu être perçu comme miraculeux, l’échec de la deuxième croisade est retentissant. Le comté d’Édesse n’a pu être préservé : le reste de son territoire est conquis par Nūr ad-Dīn en 1150. Les autres États latins sont toujours menacés par la consolidation des Zengides : Raymond de Poitiers est vaincu et tué lors de la bataille d’Inab (29 juin 1149) et Nūr ad-Dīn peut assiéger Antioche. Il échoue à prendre la ville, mais la principauté est durablement affaiblie.

Les seuls succès de la deuxième croisade sont liés à des opérations périphériques. Le pape a étendu la croisade à la péninsule Ibérique. Des croisés partis d’Angleterre et contraints d’accoster à Porto prêtent main forte à Alphonse Ier de Portugal (règne 1139-1185) lors du siège de Lisbonne (1er juillet – 24 octobre 1147). Plus à l’Est, des croisés venus de France et d’Italie participent à l’expansion du royaume de León et du comté de Barcelone.

La deuxième croisade La Syrie-Palestine pendant la deuxième croisade

Cette carte a été élaborée comme support des cours et formations de l’Institut européen en sciences des religions.

Projection Projection azimutale équivalente de Lambert
Centre 35°N, 32°E
Datum WGS 84
Hydrographie
(côtes, cours d’eau, lacs)
GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,
Article précédent

L’ascension de Saladin

Dans les années 1160, l'Égypte sert de lieu de confrontation entre les Latins et les Zengides. Le danger est éloigné des États latins, au risque de voir l'Égypte tomber dans l'escarcelle des Zengides.
Article suivant

La consolidation des États latins 1102-1130

La première croisade a conduit à la création de quatre États latins (ou francs), dont la situation est précaire. Dans les années qui suivent, les croisés restés sur place s'efforcent de les consolider et de garantir leur perennité malgré leur infériorité numérique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HistoCarte l'histoire par les cartes