Les partages de la Pologne

Les partages de la Pologne

À la fin du XVIIIe s., l’État polono-lituanien est victime de la voracité de ses voisins : la Prusse, la Russie et la monarchie des Habsbourgs. Dans un premier temps, ces trois États en pleine ascension se sont contentés du statu quo qui donnait pratiquement le contrôle du pays à la Russie, mais les victoires répétées de celle-ci contre l’Empire ottoman crée un déséquilibre des puissances à l’Est de l’Europe. À l’instigation de la Prusse, ils décident de procéder à un rééquilibrage en annexant une partie de la Pologne.

La Pologne-Lituanie est alors en proie à l’anarchie. Un groupe anti-russe, la Confédération de Bar, mène une révolte contre le roi Stanislas II Poniatowski (r. 1765-1795), perçu comme une marionnette russe. Prenant pour prétexte l’anarchie qui règne dans le pays, les armées autrichienne, prussienne et russe envahissent la Pologne-Lituanie au début du mois d’août 1772. L’accord de partage est signé le 5 août et ratifié le 22 septembre. Le 18 septembre 1773, la Diète réunie pour l’occasion signe le traité qui cède les régions déjà occupées à la Prusse, la Russie et le monarchie des Habsbourgs.

Le prétexte au deuxième partage est fourni par la constitution de 1791, qui s’efforce de redresser la Pologne-Lituanie en adoptant un mode de gouvernement plus efficace. Considérant que la Pologne a subi les mauvaises influences de la Révolution française, la Russie, à l’instigation d’un groupe de nobles polonais hostiles à la nouvelle constitution, déclare la guerre à la Pologne. Les Polonais doivent reconnaître leur défaite.

La Russie ne souhaitait pas procéder à un nouveau partage, mais la Prusse décide de monnayer son inaction — elle avait signé un traité défensif avec la Pologne en 1790 — et sa participation à la guerre contre la France révolutionnaire. La Prusse et la Russie signent un traité le 23 janvier 1793 prévoyant l’annulation des réformes en cours en Pologne et l’annexion de nouveaux territoire. La Diète accepte les annexions russes le 22 juillet 1793, et les annexions prussienne le 23 (ou 25) septembre 1793.

Devant cette humiliation qui apparaît comme le résultat de la trahison de la noblesse, et galvanisée par les succès de la Révolution française, la population polonaise se soulève. Le mouvement trouve un chef militaire en Tadeusz Kościusko. Malgré des succès initiaux, l’insurrection de Kościusko est écrasée par les forces prussiennes, russes et autrichiennes en novembre 1794.

Le 24 octobre 1795, les trois puissances victorieuses se rencontrent pour définir les modalités d’un dernier partage qui raye la Pologne de la carte.

Une longue lutte pour la restauration d’une Pologne indépendante commence

Les partages de la Pologne

Projection projection conique conforme de Lambert
Parallèles standard 49°20′ N et 55°40′ N
Datum WGS 84
Hydrographie
(côtes, cours d’eau, lacs)
GSHHG (Global, Self-consistent, Hierarchical, High-resolution, Geography Database)

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Étiquettes : , , , , , , ,
Article précédent

La victoire de Constantin

Après le règne stabilisateur de Dioclétien, l'Empire romain connaît une nouvelle guerre civile. Constantin refait l'unité de l'Empire et le reconstruit sur des bases nouvelles…
Article suivant

L’Allemagne au lendemain de la Seconde Guerre mondiale

Pendant la guerre, les Alliés n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur l'avenir de l'Allemagne. Dès lors, les solutions provisoires et les situations de fait s'imposent alors que l'Europe en reconstruction bascule dans la guerre froide…

Commentaires

  1. Pingback: Le Duché de Varsovie – HistoCarte

  2. Pingback: La Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale - HistoCarte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

HistoCarte l'histoire par les cartes